Dispositif de réutilisation des eaux usées de la station de Bunifaziu (REUT)

Dispositif de réutilisation des eaux usées de la station de Bunifaziu (REUT)

Rédigé le 25/10/2019


Le Contexte

Le Plan de Bassin d’Adaptation au Changement Climatique (PBACC) dans le domaine de l’eau, porté par le Comité de Bassin de Corse, et voté à l’unanimité par l’Assemblée de Corse fin 2018, a identifié l’extrême sud de l’île comme un des territoires les plus vulnérables, en matière de ressource hydrique.
L’adéquation besoins/ressources reste un point de vigilance pour l’OEHC dans le Sud-Est, zone à forte tension pour la gestion technique de l’eau, malgré une bonne optimisation, notamment concernant les deux barrages présents sur ce territoire (U Spidali et Figari )
En période de consommations de pointe (mai à octobre), c’est un volume de plus de 6 hm3 qui doit être mobilisé en année moyenne, pour un volume global stocké d’environ 9 hm3 en début de période.
Dans ce contexte, le projet de réutilisation des eaux usées traitées de la station d’épuration de Bunifaziu constituait une étape-clé en matière de gestion écoresponsable de la ressource en eau. Rappelons que sa construction, près du port de commerce, avait bénéficié des financements de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée & Corse, de l’ex ONEMA au titre du (PEI), de la commune de Bunifaziu et de la CDC , pour un montant total de travaux s’élevant à 2 346 228.32 euros .
Aujourd’hui, la municipalité de Bunifaziu, l’OEHC, la société Kyrnolia et l’Agence de l’eau entendent faire un point d’information complet, au moment même où s’enclenche ce processus nouveau de gestion et d’utilisation de la ressource.

Des actions prioritaires

Dans le cadre du PBACC, l’analyse des tensions exercées sur la ressource a abouti à identifier plusieurs actions dont le territoire doit bénéficier :
► L’amélioration des performances hydrauliques : action déjà largement engagée sur les réseaux d’eau brute ;
► L’interconnexion des réseaux : le système hydraulique du Sud-Est connaît déjà une très large application de cette mesure avec une optimisation des stocks disponibles favorisée par l’existence de réseaux dédiés ; le projet à court terme de surpresseur à Campiccicoli permet de poursuivre et d’intensifier cette stratégie ;
► La substitution par création de nouvelles ressources : il s’agit là d’un projet, à plus long terme, constitué par un futur ouvrage de stockage important dans cette région.

L'objectif : Préserver la ressource

L’intérêt majeur de la réutilisation d’eaux usées traitées (REUT) est de contribuer à la préservation de la ressource en eau. En effet, face à des situations locales de risque de pénurie et de capacité de stockage limité, l’intérêt de la réutilisation d’eaux usées traitées (REUT) se justifie pleinement.
Cette pratique permet d’utiliser une ressource alternative, en limitant localement les prélèvements dans le milieu naturel, tout en diminuant l’exploitation des nappes.
Dans le droit fil d’une démarche orientée développement durable, la REUT vise à contribuer à la préservation de la ressource en eau, tant d’un point de vue qualitatif, que quantitatif.
Actuellement, avec seulement 19 000 m3 réutilisés par jour, la France se situe encore très loin de l’Italie et ses 800 000 m3 quotidiens, même si l’on invoque effectivement des contraintes réglementaires et un coût parfois dissuasif.
Ce débat désormais à l’échelle européenne offre l’opportunité de recourir à ce type de ressources hydriques, dans un premier temps pour l’irrigation.

Projet d’irrigation du golf de Spironu

Le contexte général:
Le projet d’irrigation du golf de Spironu par le biais de la Reut a été ciblé, de sorte à réduire la pression sur les ressources en eau et à optimiser son utilisation.
Avec un volume consommé moyen annuel de l’ordre de 150.000 à 200.000 m3, l’irrigation de ce Golf constitue près de 8 % de la consommation d’eau brute non domestique.
Jusqu’à 120 000 m3 d’eaux usées traitées seront désinfectées, puis pompées vers la retenue de stockage du golf (capacité de 70 000 m3).
Ces 120 000 m3 d’eau réutilisée et donc « économisée » représentent la consommation de la ville de Bunifaziu durant environ 3 à 4 semaines durant la période estivale.
La STEU de Bunifaziu dispose désormais d’une filière complète, dont un traitement secondaire et une phase tertiaire à membranes d’ultrafiltration, la positionnant en classe A qui autorise tous types d’arrosages, dont l’irrigation par aspersion sous certaines conditions, ainsi que le nettoyage urbain sous réserve de l’obtention des autorisations (DDTM et ARS).

La problématique:
Ce projet a nécessité la réalisation d’un réseau de transfert comprenant une surpression, et 6,5 km de canalisation entre la STEU et le Golf, ainsi que la pose de rampes à ultra-violets pour garantir la qualité des eaux sur le plan microbiologique.
Afin de parvenir à une conductivité de l’eau desservie au Golf de Spironu n’excédant pas les 800 μs/cm, la REUT devra être diluée avec la ressource d’eau brute issue du barrage de Figari, dont la conductivité est comprise entre 250 et 300 μs/cm.
Pour ce faire, et dans la mesure où les canalisations transportant ces deux ressources se situent à proximité immédiate, un regard de mélange les accueillant toutes deux a été confectionné.
Trois points de suivi qualitatif en temps réel sont actuellement dénombrés : le premier est situé en sortie de la STEU, le deuxième correspond au regard de mélange des deux eaux et le troisième est positionné dans la lagune du golf faisant office de réserve de stockage et de compensation.
L’irrigation du golf à partir de la REUT devra toutefois s’opérer sous conditions de seuils aérologiques en fonction des modes d’arrosages utilisés.

La consistance du projet:
Le dispositif d’alimentation en eau brute de l’OEHC est doté d’un système de limitation de débit et de stabilisation de pression amont (visant à privilégier les irrigants situés en amont du golf) ainsi que d’un débitmètre permettant la comptabilisation des volumes délivrés avec une haute précision et raccordé en télésurveillance.
Cet ensemble permet une desserte d’eau brute pouvant aller jusqu’à 100 m3/h.
Dans un deuxième temps, la vanne régulante sera remplacée au profit d’un appareil de dernière génération comprenant également une micro-turbine capable de délivrer l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’ensemble qui pourra alors être télécommandé à distance.

Conclusion et perspectives:
En conclusion, cette première étape de la REUT marque une phase significative dans la stratégie d’adaptation au changement climatique, dans une région fortement sollicitée lors de la saison estivale et considérée comme une zone très vulnérable du point de vue de la ressource.
Au-delà de l’irrigation, d’autres utilisations sont également identifiées telles que l’alimentation de poteaux incendie, le nettoyage des voiries, ainsi que des bateaux sur le port de plaisance de la commune de Bunifaziu.
Les moyens et les technologies ainsi engagés par les différents partenaires – OEHC et Kyrnolia - font de cette opération un modèle exemplaire.
Susceptible d’être reproduite sur d’autres sites lorsque l’ensemble des conditions s’y prêtent, au rang desquelles il convient de préciser la nécessité de pouvoir disposer d’une réserve de stockage intermédiaire, la REUT entre incontestablement dans le développement de la stratégie d’adaptation de la Corse au changement climatique.