Rapport d'activité 2018 de la Collectivité de Corse

Rapport d'activité 2018 de la Collectivité de Corse

Rédigé le 28/06/2019

Le rapport d'activité 2018 de la Collectivité de Corse a été présenté par le Président du Conseil exécutif de Corse à l’Assemblée de Corse, qui en a pris acte lors de la séance du 28 juin 2019.


« Présenté concomitamment au compte administratif, le rapport d’activité a vocation à restituer, sous une forme volontairement synthétique et technique, le travail réalisé par les services de la Collectivité de Corse durant une année.

Celle de 2018 fut à l’évidence une année très particulière.

Tout d’abord parce qu’elle marque une ère nouvelle, avec la création et la mise en place d’une institution née de la fusion de trois collectivités.

Beaucoup aura été dit sur cette année 2018, parfois de manière excessive et injuste, certains ne craignant pas de prédire l’effondrement, la paralysie, ou encore une « année blanche », concernant par exemple l’investissement.

Certes, l’année 2018 a été une année de chantier, avec son lot de difficultés, de retards et de tensions. Certaines faiblesses ou carences, dans la gestion des ressources humaines comme dans l’administration générale, ont pu se faire jour. Il ne pouvait en être autrement, car il a fallu gérer – et cela continue à être le cas – trois catégories de contraintes cumulatives.

D’une part, une fusion est toujours un processus institutionnel, organisationnel, administratif et humain d’une extrême complexité. Une complexité ici sans précédent ni équivalent, s’agissant de fusionner une collectivité territoriale « sui generis » et deux départements s’étant chacun développé selon des particularités propres.

D’autre part, parce que le calendrier électoral (une première mandature de deux ans à peine, dont une partie consacrée à redresser financièrement la CTC plombée par des impayés à concurrence de près de 100 M€ ; et une deuxième, celle de la fusion stricto sensu, de quatre ans seulement) a conduit à une scansion en deux périodes raccourcies en lieu et place de la durée normale de six ans d’une mandature, laquelle permet un déploiement plus serein de l’action publique.

Enfin, parce que l’action de la Collectivité de Corse s’est inscrite, depuis un an, dans un contexte de rapports politiquement difficiles avec l’Etat, accroissant les difficultés rencontrées y compris dans certains secteurs stratégiques.

Malgré l’ampleur de la tâche et son caractère ardu, les fonctionnaires et agents de la Collectivité ont su relever le défi et bâtir en grande partie les fondations de la nouvelle institution.

Mieux encore, ce travail de construction, en grande partie interne, s’est fait concomitamment avec le maintien, voire le renforcement, de la capacité d’agir de la Collectivité de Corse au service des usagers, des acteurs et des citoyens. Grâce à l’engagement sans faille de ses élus, et de ses agents et fonctionnaires, la Collectivité de Corse s’est armée, dès sa première année d’existence, comme l’institution garante des intérêts matériels et moraux de la Corse et de son peuple.

La lecture du rapport, volontairement descriptif et non exhaustif, permet de mieux prendre la mesure du travail collectif accompli.

En termes de méthode, les principes d’équité, de solidarité, et de démocratie, ont été mis en œuvre et déclinés de façon opérationnelle, tant au plan interne (élections syndicales ; fonctionnement des instances représentatives ; décisions fortes au plan social), que dans les relations avec les partenaires de la Collectivité de Corse, les autres collectivités, et les citoyens : règlements des aides ; multiples réunions sectorielles aves les forces économiques, sociales, et associatives ; large implication des instances consultatives (CESEC ; Chambre des territoires ; Assemblea di a ghjuventù); institution d’une Conférence sociale...

En termes de politiques publiques, la continuité du service public a été assurée dans des registres aussi stratégiques et sensibles que les solidarités humaines, le développement des infrastructures ou l’accompagnement des communes et des territoires. Elle s’est manifestée à l’occasion d’évènements naturels et climatiques dramatiques (incendies de Chiatra, Cervione et Sant’Andria di u Cutone, tempête Adrian).

La Collectivité a par ailleurs poursuivi ou engagé en 2018 des chantiers majeurs pour l’avenir de la Corse et des Corses : une gestion durable et vertueuse des déchets ; le déploiement du très haut débit, avec le vote de la DSP, la maîtrise renforcée de secteurs stratégiques comme les transports, l’eau, ou la transition énergétique, l’importance conférée aux politiques de l’éducation et de la formation, l’engagement réaf rmé en faveur de l’intérieur et de la montagne, l’ouverture euro-méditerranéenne, la préservation du lien entre le peuple corse et sa terre, le développement durable au cœur de toutes les politiques publiques...

Elle a également commencé à mettre en œuvre concrètement une vision stratégique qui place l’Homme au centre du projet de société : lutte contre la pauvreté et la précarité ; langue, culture et patrimoine comme éléments d’identité, d’intégration, et de cohésion ; agriculture productive ; pacte pour la jeunesse ; propositions innovantes dans le domaine économique et social, comme par exemple le panier de produits de première nécessité « à bon prix ».

Enfin, elle a continué à demander à l’Etat la prise en compte, dans toutes ses dimensions, du fait démocratique tel qu’il s’est exprimé à travers le suffrage universel en décembre 2017.
Toutes ces dynamiques se retrouvent, dans leur version finanancière, dans les résultats du compte administratif.

Un compte administratif qui reflète les premières concrétisations du projet politique validé par les urnes en 2017.

Un compte administratif qui conforme le respect des engagements pris devant les Corses.
Un compte administratif qui exprime une volonté : celle, sereine et inébranlable, de continuer dans la voie de l’émancipation, pour ce pays et pour ce peuple.

Un paese da fà.
Un paese chi si face. E cusi sia. » 


Gilles SIMEONI
Président du Conseil exécutif de Corse

2019e2186_rapport_de_presentation.pdf 2019E2186-rapport-de-presentation.pdf


Télécharger le rapport