"Le revenu universel pour pouvoir continuer à faire société, ensemble"

"Le revenu universel pour pouvoir continuer à faire société, ensemble"

Rédigé le 30/04/2020

Discours du Président Jean-Guy Talamoni devant l'Assemblée de Corse ce jeudi 30 avril

Chers collègues,
Nous avons appris avec beaucoup de tristesse la mort de notre ancien collègue et ami Pierre Chaubon. Il était un juriste et un élu de grande valeur. Il nous manque déjà, comme il manquera à la vie politique corse. Nous pensons naturellement à tous les siens.
Je vous demande d’observer une minute de silence.
La crise du Covid-19 est sanitaire, économique et sociale. S’agissant des aspects sanitaires, des milliers de chercheurs travaillent à un traitement ou un vaccin. En attendant une solution scientifique, nous n’avons que des moyens physiques de défense avec la distanciation sociale et le respect des gestes barrières.
Cette situation sanitaire a amené quasiment toute l’humanité à respecter des mesures de confinement jamais mises en œuvre à un tel niveau. Dans de nombreux pays du Monde, presque toutes les activités économiques se sont arrêtées. Plus de circulation sur les routes, plus de jeux dans les écoles. Salles de spectacle et terrains de football fermés. Aéroports vides et hôtels déserts. Notre île connaît une situation que toutes les plus pessimistes des prévisions touristiques ne pouvaient imaginer. La concertation que nous avons eue hier avec le ministre et l’ensemble des socio-professionnels du tourisme, nous laisse prévoir une saison noire et nous impose d’imaginer des solutions pour soutenir des familles entières qui ont créé et développé leur outil de travail.
Sans aucune activité économique, la situation sociale de notre île, territoire ayant le plus haut niveau de pauvreté, mais aussi les plus fortes inégalités, s’aggrave. Heureusement, des associations, des citoyens mais aussi des entreprises viennent en aide aux autres. De mon point de vue, le plus important se joue ici. A quoi servira-t-il de vaincre le Covid, si nous perdons notre humanité ? Que serait la science sans la justice sociale ? Que serait un monde sans Covid mais sans présence humaine non plus ?
« L’épreuve ne tourne jamais vers nous le visage que nous attendions » écrivait François Mauriac. Si nous attendons désormais tant des découvertes des médecins et des chercheurs, je pense que la bataille contre le Covid-19, nous demande et nous oblige aussi, à apporter des solutions à l’organisation de notre société. Parmi ces solutions, cela fait désormais trois ans que la commission pour un revenu universel travaille sur l’évolution de l’emploi, sur les limites du système social, sur les nouvelles formes de solidarité à inventer. Nous sommes enfin parvenus à terminer ce travail de concertation avec des institutions, des philosophes, des sociologues et également des économistes.
J’y vois, pour ma part, de nombreux avantages, tout particulièrement dans la situation actuelle qui, nous le savons, va durer et s’aggraver.
Le revenu universel permet d’effacer les effets pervers des prestations sociales. Le premier est celui du non-recours des plus faibles à leurs droits, le second, lié au premier, est l’effet de la stigmatisation, liée aux prestations sociales. Au-delà de la réponse sociale apportée aux situations les plus difficiles, c’est aussi une réponse à la hauteur du besoin de reconnaissance de la dignité de la personne. Porter un autre regard sur le plus faible, est un premier pas en faveur de l’inclusion. Le plus faible comme le plus puissant pourront alors croire à nouveau en leur humanité commune.
Dans nos sociétés contemporaines, grâce à la réactivité de ce dispositif, le revenu universel présente des solutions à l’évolution des situations familiales avec une adaptation aux véritables besoins actuels des gens. C’est aussi un filet de sécurité, une sécurité sociale pour tous, sans condition, un filet non pas pour capturer les gens comme les poissons, mais un filet pour se relever et pour rebondir.
Dans une société inégalitaire, que les inégalités soient perçues comme une normalité ou comme une fatalité, les déterminismes sociaux sont banalisés. Pourtant, chaque jour, les Corses, comme les autres, ne cherchent plus à servir de quelconques seigneurs. Le désir, le besoin d’authenticité de l’individu, l’amènent à suivre sa vocation, à être lui-même, cherchant son épanouissement entre vie professionnelle et vie sociale. Cela permet aussi d’instaurer un équilibre dans le rapport de force entre l’employé et l’employeur et une garantie de droits sociaux comme droits-créances.
Vous l’aurez compris, avec le revenu universel, nous n’avons pas réinventé l’art de la paresse. Forts de nos valeurs, nous essayons de donner à chacun le droit à un avenir pour pouvoir continuer à faire société, ensemble.
 
 

Care cunsigliere, cari cunsiglieri,
Avemu amparatu incù assai tristezza a morte di u nostru anzianu cullegu è amicu Pierre Chaubon. Era un ghjuristu è un elettu di gran valore. Ci manca digià, cum’ellu mancherà à a vita pulitica corsa. Pensemu naturalamente à tutti i soi.
Vi dumandu d’usservà un minutu di silenziu.
***
Hè sanitaria, ecunomica è suciale a crisa di u Covid-19.
Per l’aspetti sanitarii, sò millaie i circadori à travaglià ci, à circà un trattamentu o un vaccinu. Aspettendu una suluzione scentifica, ùn avemu chè mezi fisichi di difesa cù l’alluntanamentu suciale è u rispettu di gesti di difesa.
Sta situazione sanitaria hà purtatu quasi tutta l’umanità à rispettà misure di cunfinamentu mai messe in ballu à stu livellu custì. In tanti paesi di u mondu, si sò firmate quasi tutte l’attività ecunomiche. Più circulazione nant’à e strade, più ghjochi in e scole. Chjose e sale di spettaculu, chjosi i terreni di ballò. Aeruporti bioti è ottelli diserti. Cunosce a nostra isula una situazione chì tutte e previsione turistiche e più pessime ùn pudianu imaginà. A cuncertazione ch’avemu avutu eri cù u ministru è l’inseme di i socioprufessiunali ci lascia prevede una stagione nera è ci dumanda d’imaginà inseme suluzione per sustene famiglie sane chì anu creatu è sviluppatu u so strumentu di travagliu.
Senza più nisuna attività ecunomica, a situazione suciale di a nostra isula, territoriu cù u livellu u più altu di puvertà, cù l’inugualità e più alte dinù, vene torna impeghjurita. Ancu di grazia, associ, paisani, imprese dinù venenu in aiutu à l’altri. À contu meiu, u più di primura si ghjoca quì. À chì ci ghjuverà di vince u Covid, s’è no perdimu a nostra umanità ? Chì serebbe a scenza senza a ghjustizia, chì serebbe un mondu senza Covid ma senza più presenza umana dinù ? 
« L’épreuve ne tourne jamais vers nous le visage que nous attendions » scrivia François Mauriac. S’è no aspettemu oramai tantu da e scuperte di i medichi è di i circadori, pensu chì a battaglia contr’à u Covid-19, ci chjama dinù, ci chjama di più, à purtà suluzione à l’urganisazione di a nostra sucetà. Frà ste suluzione, sò oramai trè anni chì a cummissione per un rivenutu universale travaglia nant’à l’evuluzione di l’impiegu, nant’à i limiti di u sistema suciale, nant’à e forme nove di sulidarità da inventà. Simu infine ghjunti à compie stu travagliu di cuncertazione cù istituzione, filosofi, sociologhi è ecunumisti dinù.
Ci vegu per contu meiu parechji vantaghji, moltu più in a situazione attuale chì, a sapemu, hà da durà è s’hà da impeghjurisce.
U rivenutu universale permette di sguassà l’effetti perversi di e prestazione suciale. U primu hè l’assenza di ricorsu di i più debbuli à i so diritti, u secondu, liatu cù u primu, hè l’effettu di stimmatisazione liatu à e prestazione suciale. Al di là di a risposta suciale purtata à e situazione d’addisperu, hè dinù una risposta à l’altezza di u bisognu di ricunniscenza di a dignità di a ghjente. Purtà un altru sguardu nant’à u più debbule, hè un primu passu à prò di l’inclusione. U più debbule cum’è u più putente puderanu allora turnà à crede in a so umanità cumuna.
In e nostre sucetà cuntempuranee, per via di a reattività di stu dispusitivu, u rivenutu universale porghje suluzione à l’evuluzione di e situazione famigliale cù un adattazione à i veri bisogni, quelli attuali di a ghjente. Hè dinù una vera reta di securità, una securità suciale per tutti, senza cundizione, una reta micca per intrappulà a ghjente cum’è pesci, ma una reta per ribumbà, per rialzà si, per saltà.
In una sucetà inuguale, chì l’inugualità passanu per a nurmalità o per una fatalità, venenu accittati i determinisimi suciali. Eppuru, oghje ghjornu, i Corsi, cum’è l’altri, ùn cercanu più à serve qualsiasi signore o signurellu. A brama, u bisognu di sputichezza di l’individuu u porta à seguità a so vucazione, à esse ellu stessu, circhendu spannamentu trà vita suciale è vita prufessiunale. Permette dinù un equilibriu in u raportu di forza trà l’impiegatu è u patrone è una più grande assicuranza di i diritti suciali cum’è diritti creanza.
L’averete capita, cù u rivenutu universale, ùn avemu micca inventatu un altra volta l’arte di michelazzu. Forti di i nostri valori, avemu circatu à truvà li un sboccu in a sucetà oghjinca per pudè cuntinuà à fà sucetà, inseme.
A ringrazià vi.
 


Télécharger le discours

discours_pac_revenu_universel_30042020.pdf Discours-PAC-Revenu-universel-30042020.pdf
discorsu_pac_rivenutu_universale_30042020.pdf Discorsu-PAC-Rivenutu-universale-30042020.pdf