Hè ghjuntu u « tsunamì »

Hè ghjuntu u « tsunamì »

Rédigé le 25/07/2019

Discorsu di u Presidente di l'Assemblea di Corsica, Jean-Guy Talamoni - sessione di u 25 di lugliu di u 2019.

« Da lu biancu luminellu
Simbulu di luce chjara,
À l'incendiu natu in celu
Quandu s'accende la fiara,
Castagniccia si ribella. »
 
Cunniscimu tutti ste parolle d’una canzona di I Muvrini « Castagniccia ribella ». Sò state scritte da Petru Vachet-Natali. Petru era un militante naziunalistu di sempre, ma dinù un autore, un pueta di prima trinca. Ci ferma oghje a so opera, preziosa assai per a nostra lingua è per a Corsica.
 
S’hè spentu dinù a settimana scorsa u Duttore Dumenicu Antone Buresi, anzianu elettu naziunalistu di a nostra Assemblea. L’avemu scontru parechje volte st’ultimi anni chì era sempre impegnatu assai per u so paese è per a so ghjente. Pensemu forte à ellu è à i soi.
Vi dumandu d’usservà un minutu di silenziu.

Hè ghjuntu u « tsunamì » : + 138% in 7 anni
Durante sta sessione, u Presidente di l’Agenzia di l’Urbanisimu è di l’Energia, Ghjuvanni Biancucci ci presenterà un raportu nant’à i mercati fundiarii è immubiliari in Corsica. Ùn aghju micca da sviluppà quì u cuntenutu di stu documentu di grande qualità, ma vogliu mintuvà ghjustu un sciffru : 138 %. Ghjè a crescita in 7 anni di u prezzu di u metru quadratu di un terrenu custruttibile.
138%. Aghju sceltu stu sciffru apposta perchè permette di sprime bè u nostru penseru in quant’à a pussibilità per i nostri giovani di cuntinuà à campà in Corsica. M’arricordu di e parolle di Jean-Claude Guazzelli, deci anni fà, à e Ghjurnate Internaziunale di Corti. Parlendu di e custruzzione, avia dettu : « da quì à qualchì tempu, ci hà da esse un tsunamì ». À l’epica, parechji eletti ùn ci cridianu micca.
Eppuru, hè ghjuntu u tsunamì. È ci ritruvemu di pettu à ellu, senza mezi per parà lu. U raportu di l’Agenzia porta a prova di ciò chè no dinunciemu dipoi anni è anni :
  • i prezzi di u fundiariu è di l’immubiliare chì crescenu senza fine,
  • l’artificialisazione di e terre agricule,
  • un numeru di i permessi di custruì senza nisunu raportu cù i bisogni di i Corsi,
  • cundizione di vita è in particulare d’alloghju di più in più difficiule per i Corsi...
Tuttu què mette in periculu l’equilibriu ecunomicu, suciale è culturale di l’isula.
 
U guvernu : trà silenziu è alloghji suciali per i Corsi
U nostru custattu è e nostre dumande, l’avemu trasmesse à u guvernu, parechje volte. À u veranu di u 2016, u Cunsigliu Generale di l’Ambiente è di u Sviluppu à Longu Andà hà scrittu un raportu d’analisi nant’à e nostre pruposte per luttà contru a pressione fundiaria è immubiliare. Ci hà solu dettu chì a Corsica abbisugnava d’alloghji suciali. Hè vera, n’avemu bisognu perchè, a sapemu, c’hè assai puvertà ind’è noi. Ma l’alloghji suciali ùn bastanu micca.

Oghje ghjornu, di pettu à a crescita tamanta di i prezzi, ancu quelli ch’ùn sò micca poveri anu difficultà per pagà un alloghju cum’è pruprietariu o ancu puru cum’è lucatariu. A prima primura deve esse di permette à i Corsi di campà degni nant’à a so terra, vole dì, prima di tuttu, pudè truvà un travagliu è un alloghju. A primura deve esse di fà cresce u livellu di vita. Travagliemu assai nant’à a quistione suciale per via di parechji cartulari : à u livellu di e dimarchje di fondu, vogliu parlà di l’educazione è di a furmazione, di a cartula per l’impiegu lucale, è di modu generale, di u sviluppu ecunomicu. À u livellu di l’urgenza suciale, pensu à a carta ritirata, à u fondu Corsica sulidaria o à Territoriu senza disimpiegatu à longu andà.
 
Sempre per un statutu di residente
Una di e suluzione per l’alloghju, per contu nostru, è per st’assemblea, era – è ferma sempre- u statutu di residente vutatu in lu 2014. Serebbe una risposta à prublematiche sfarente, tantu à u livellu suciale chè à u livellu agriculu è ecunomicu, cum’è per a preservazione di l’ambiu. Sta pruposta, a sapemu, hè per avà ricusata da u guvernu.

Davanti à stu ricusu, avemu fattu una seconda pruposta à Parigi, à u principiu di a dimarchja di revisione custituziunale. Si trattava d’una residenza amministrattiva è fiscale chì permetterebbe d’appiegà una fiscalità pisia assai à e residenze secundarie speculative è micca nant’à e residenze secundarie patrimuniale è familiale ch’elli anu i Corsi in u so paese. Ùn avemu avutu nisuna risposta.
Vogliu ramentà chì dispusizione simule esistenu in Auropa è ancu in dirittu francese, per riduce l’inugualità liata à a situazione di certi territorii. Ci vole à tene contu di l’esempii di i regimi specifichi di a Pulinesia, di Saint-Barthélémy o di Saint-Martin ind’è a messa in ballu di un statutu prutettore per migliurà e cundizione di vita di i Corsi. Chì fà quandu omu ci ricusa tuttu ? Turneremu à dumandà l’adattazione di i dispusitivi fiscali è l’urganisazione di a trasmissione di u patrimoniu. Ma s’è no vulemu ghjunghje à un resultatu, l’eletti è l’istituzione ùn basteranu micca.

In lu quadru di a « cunferenza permanente ecunumia è suciale », in seguitu di i travaglii fatti nant’à a fiscalità di u patrimoniu, prupuneraghju l’urganisazione di sittembre, d’una riflessione cullettiva cù a sucietà civile, i sindicati, l’associi, l’eletti eccetera. U scopu serebbe di mette in ballu una mubilisazione pupulare per difende u patrimoniu corsu è u dirittu à l’alloghju per tutti.
U raportu chì serà presentatu oghje da u Presidente di l’agenza di l’urbanisimu ci mette à tutti davanti à e nostre respunsabilità. Ci tocca à risponde à sta quistione : accetteremu, o micca, di lascià a forza di u soldu lampà fora i nostri giovani da u so paese ?

À ringrazià vi.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le tsunami est arrivé

« Da lu biancu luminellu
Simbulu di luce chjara,
À l'incendiu natu in celu
Quandu s'accende la fiara,
Castagniccia si ribella. »
 
Nous connaissons tous les paroles de cette chanson d’I Muvrini, « Castagniccia ribella ». Elles ont été écrites par Petru Vachet-Natali. Petru était un militant nationaliste de toujours, mais aussi un auteur et un grand poète. Il nous laisse aujourd’hui son œuvre, un trésor pour notre langue et pour la Corse.
 
Le Docteur Buresi, ancien élu nationaliste de cette assemblée, nous a quittés aussi la semaine dernière. Nous l’avions rencontré à plusieurs reprises ces dernières années car il était encore très engagé pour son pays et pour son peuple. Nous pensons à lui et aux siens.
Je vous demande d’observer une minute de silence.
 
---
Le « tsunami » est arrivé : + 138% en 7 ans
Au cours de cette session, le Président de l’Agence d’Urbanisme et d’Energie, Jean Biancucci présentera le rapport établi par ses services sur les marchés du foncier et de l’immobilier en Corse. Je ne développerai pas ici le contenu de ce document de grande qualité mais je veux juste évoquer un chiffre : 138 %. C’est l’augmentation en 7 ans du prix du mètre carré pour un terrain constructible.
 
J’ai choisi ce chiffre à dessein car il permet d’exprimer parfaitement notre inquiétude quant à la possibilité pour les jeunes de continuer à vivre en Corse. Je me souviens des mots de Jean-Claude Guazzelli, il y a dix ans, aux journées internationales de Corte. Au sujet des constructions, il avait dit : « dans quelques temps, il y aura un tsunami ». A l’époque, nombre d’élus n’y croyaient pas.
Pourtant, le tsunami est arrivé. Et nous ne retrouvons face à lui, sans aucun moyen pour le combattre. Le rapport de l’Agence apporte la preuve de ce que nous dénonçons depuis de nombreuses années :
  • Les prix du foncier et de l’immobilier qui ne cessent d’augmenter,
  • L’artificialisation des terres agricoles,
  • Le nombre de permis de construire démesuré par rapport aux besoins des Corses,
  • Des conditions de vie et de logement plus particulièrement de plus en plus difficiles pour les Corses…
Tout cela met en péril l’équilibre économique, social et culturel de l’île.
 
Le gouvernement : entre silence et logements sociaux pour les Corses
A plusieurs reprises, nous avons envoyé notre constat et nos demandes au gouvernement. Au printemps 2016, le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable a écrit un rapport d’analyse de nos propositions pour lutter contre la pression foncière et immobilière. Celui-ci a seulement affirmé le besoin de la Corse en logements sociaux. Il est vrai que ce besoin existe car il y a beaucoup de pauvreté en Corse. Mais la création de logements sociaux ne suffira pas. A ce jour, face à la très forte augmentation des prix, même ceux qui ne sont pas considérés comme étant pauvres ont des difficultés à payer leur logement, qu’ils soient propriétaires ou locataires. La priorité doit être de permettre aux Corses de vivre dignement sur leur terre, c’est-à-dire, en premier lieu, de pouvoir y travailler et s’y loger. La priorité doit être d’augmenter le niveau de vie. Nous travaillons beaucoup sur cette question sociale à travers différents dossiers : au niveau des démarches de fond, je veux parler de l’éducation et de la formation, du revenu universel, de la charte pour l’emploi local et, de manière générale, de développement économique. En termes d’urgence sociale, je pense à la Carta ritirata, au fonds Corsica sulidaria ou à Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée.
 
 
Toujours en faveur d’un statut de résident
Une des solutions pour le logement, à notre sens, et selon cette assemblée était – et demeure – le statut de résident voté en 2014. Il serait une réponse à des problématiques différentes, tant au niveau social qu’au niveau agricole et économique, et en matière de préservation de l’environnement.  Cette proposition, nous le savons est, pour l’heure, refusée par le gouvernement.
Face à ce refus, nous avons fait une seconde proposition à Paris, au commencement de la démarche de révision constitutionnelle. Il s’agissait de la résidence administrative et fiscale qui permettrait d’appliquer une fiscalité plus lourde aux seules résidences secondaires spéculatives et pas aux résidences secondaires patrimoniales et familiales que les Corses possèdent dans leurs villages. Nous n’avons eu aucune réponse.

Je veux rappeler que des dispositions similaires existent en Europe et dans le droit français pour réduire les inégalités liées à la situation de certains territoires. Il faut tenir compte des régimes spécifiques de la Polynésie, de Saint-Barthélemy ou de Saint-Martin dans la mise en œuvre d’un statut protecteur pour améliorer les conditions de vie des Corses. Que faire lorsque tout nous est refusé ? Nous continuerons à demander l’adaptation des dispositifs fiscaux et une autre organisation de la transmission du patrimoine. Mais si nous voulons parvenir à un résultat, les élus et les institutions ne suffiront pas.
Dans le cadre de la « conférence permanente économie et sociale », faisant suite à nos travaux sur la fiscalité du patrimoine, je proposerai au mois de septembre une réflexion collective avec la société civile, les syndicats, les associations, les élus etc. L’objectif serait de mettre en œuvre une mobilisation populaire pour défendre le patrimoine corse et le droit au logement pour tous.
Le rapport qui sera présenté aujourd’hui par le Président de l’Agence d’Urbanisme et d’Energie nous met tous face à nos responsabilités. Il nous faut répondre à cette question : accepterons-nous ou pas de laisser la force de l’argent expulser nos jeunes de leur pays ?

Je vous remercie.