Exposition au FRAC de CORSE : "GRAZIA TODERI - RED MAP"

Exposition au FRAC de CORSE : "GRAZIA TODERI - RED MAP"

Fonds Régional d’Art Contemporain de la Corse / Fondu Regiunale d’Arte Cuntempuranea - A Citadella, Corti

Du vendredi 19 avril 2019 au vendredi 28 juin 2019

i[Vernissage le vendredi 19 avril à 11h00]i


C’est dans le déplacement de signes que se révèle l’oeuvre visionnaire de Grazia Toderi. Aussi
insaisissables que prégnantes, les images qu’elle crée tiennent autant de la réalité concrète que de son
intuition. Captivantes, elles suscitent le vertige et l’acuité de la pensée. Peut-être y a-t-il chez Grazia
Toderi des réminiscences de cosmologie antique, peut-être aussi de théories humanistes liant l’homme
au monde par sa conscience. Un être d’une complexité infinie, un monde d’une intensité inépuisable.
Un être qui teste ses capacités à comprendre au sens étymologique, un monde qui épouse ou contrarie
cette conscience.
Gracia Toderi agit avec grâce et violence. L’équilibre et la beauté des images sont des outils
d’exploration. Le sublime n’est pas une fin d’autant qu’il est toujours bouleversé.
Quand en 1994(1), elle plonge dans une piscine avec son imperméable et son parapluie pour marcher
dans le fond, elle ne teste pas que les lois de la pesanteur. Elle a pour toujours en mémoire (souvenir
de très petite enfance) les pas flottants du premier homme sur la lune retransmis à la télévision. Elle
en fait un autre scénario dont on peut dire qu’il est, finalement, semblable par les sensations qu’il
produit : étonnement et inquiétude et cette poésie astrale qui n’a pas d’équivalent, qui est une sensation
neuve dont Grazia Toderi a saisi l’essence.
Depuis, elle met l’humanité sur orbite modifiant les points de vue qu’elle situe au niveau cosmique. La
perspective est dépassée, l’observation devient un état. Le travail est précis dans ses aspects visuels et
sonores. Les images satellites d’EMPIRES (2002) prélevées sur les sites internet et retravaillées font
découvrir les vibrations lumineuses de continents habités avec leurs zones accentuées, les plus
scintillantes et les plus sensibles.
Plus tard, c’est l’artiste elle-même qui capte ses propres images : éléments et phénomènes naturels,
cités, lieux de la mythologie éternelle et moderne (théâtres, stades) et frontières (terre, mer, côtes…),
toujours à partir de points élevés et éloignés, qui permettent un englobement par la vision. Grazia
Toderi produit des stratifications de lumières, des signes du vivant.




u[